L’Histoire au travers du prisme de la sexualité;
La sexualité au travers du prisme de l’Histoire.

Impossible de dissocier Histoire de l’humanité et sexualité, la première ne pouvant exister sans l’autre. Pourtant que ce soit par pudeur ou hypocrisie, elle est, aujourd’hui encore, complétement absente des manuels scolaires. Le sujet est encore souvent tabou.
 
Certes l’époque n’est plus à utiliser le latin pour évoquer « ces choses là », mais sauf si elle est amusante, stigmatisante ou communautaire, aborder la sexualité et l’Histoire crée soit une gène, voire un malaise, soit un déni sous forme de « ça n’a aucun intérêt », il semble y avoir toujours et encore de facto quelque chose de honteux, de tabou dans l’évocation de la sexualité, même au travers du prisme de l’histoire. La simple représentation d’un homme préhistorique nu prête à scandale.
 
On ne transmet pas ce qu’on estime être honteux, ou qui pourrait l’être pour autrui. Ainsi, vous ne connaissez sans doute rien de l’histoire sexuelle de votre propre famille, si certes, l’on évoque parfois le souvenir d’un grand-oncle resté mystérieusement célibataire, on ne dit pas qu’il « cohabitait » avec un autre homme ou qu’il était connu sous le sobriquet de « grand Popol » dans toutes les maison closes de la région, et vous ne savez rien ou presque des relations « amoureuses » de vos parents ou grands-parents avant leur mariage,… Et même si aujourd’hui, on rechigne moins à évoquer sa première fois ou ses infidélités, votre vie intime restera une énigme pour ceux qui transmettront votre souvenirs aux générations suivantes.
 
Bref, la grande et principale difficulté lorsqu’on s’intéresse à l’histoire et la sexualité est de trouver des sources et surtout des sources fiables. Mais à force de passion et de curiosité, Hixstoire, sans jugement ni tabou, parvient à lever le voile de la pudeur et vous invite à découvrir l’histoire au travers du prisme de la sexualité, la sexualité au travers du prisme de l’Histoire.
En plein travail