anne-frank-journal-diary-sexe

Anne Frank et le sexe : les passages censurés et les pages cachées de son journal

Anne Frank, mondialement connue pour son journal intime dans lequel elle relate sa vie sous l'occupation allemande, était aussi une adolescente avec les préoccupations d'une jeune fille de son âge. La sexualité, la et les émois naissants en faisaient partie. Il en reste quelques traces malgré la double : d'une part celle de Anne Frank elle-même qui entreprit de réécrire son journal dans l'espoir qu'il serait publié et qui retira certains passages jugés trop intimes. D'autre part celle de son papa endeuillé qui disait « ne pas reconnaître » sa fille à la lecture du texte, et qui fit retirer certains passages avant sa publication.

Récemment, des chercheurs ont dévoilé deux pages cachées sur lesquelles Anne Frank a écrit des blagues salaces et des réflexions sur le sexe.

« J'ai toujours des trucs jaunes dans ma culotte  » Anne Frank et la puberté

Comme toute les filles de son âge, la jeune Anne Frank attend avec une certaine impatience sa transformation physique. Elle observe son corps et traduit avec ses mots les réalités constatées :

« J'ai toujours des trucs jaunes dans ma culotte, on dirait de la semence masculine, inquiétant mais je n'ose pas poser de question. »
(05 octobre 1942).

« J’oubliais de te donner une nouvelle capitale: je vais probablement avoir bientôt mes règles. Je m’en aperçois parce qu’il y a une sorte de substance gluante dans ma culotte et maman me l’a prédit. Je meurs d’impatience, ça a tellement d’importance, dommage seulement que je ne puisse pas mettre de serviettes hygiéniques car on n’en trouve plus non plus, et que les tampons de maman ne conviennent qu’aux femmes qui ont déjà eu un enfant. »
(02 novembre 1942)

Précisons que ces deux passages ont été censurés et retirés par Anne Frank elle-même lorsqu'elle a réécrit son journal à "des fins de publication, quand la guerre serait finie". On trouvera à ce propos une note où elle se qualifie de « vraie godiche », manquant de « délicatesse » et avec un « sans-gêne inimaginable ».

Plus tard, Anne Frank se confie au sujet de ses premières :

« Je trouve si étonnant ce qui m'arrive, et non seulement ce qui se voit à la surface de mon corps mais ce qui s'accomplit à l'intérieur. C'est justement parce que je ne parle jamais de moi ni de ces choses à quelqu'un d'autre que je m'en parle à moi-même. Chaque fois que je suis indisposée (et ce n'est arrivé que trois fois), j'ai le sentiment, en dépit de la douleur, du désagrément et de la saleté, de porter en moi un doux secret et c'est pourquoi, même si je n'en récolte que des inconvénients, j'accueille toujours avec joie, en un certain sens, le moment où je vais de nouveau sentir en moi ce secret. »
(05 janvier 1944)

Le Journal d'Anne Frank photographié au Musée Anne Frank de Berlin. (crédit : Flickr/Heather Cowper)
Anne Frank et sa famille sur la place Merwede à Amsterdam, en 1941

« mais… c’est un garçon ! » Anne Frank et les premiers émois

Anne Frank fait part de sa relation naissante avec le jeune Peter van Pels, un garçon de 16 ans présent dans le « Journal » sous le nom de Van Daan. Il est le fils d'Hermann van Pels/Daan, l'associé du père de Anne.

Tous ces passages furent supprimés des premières éditions du «Journal» par son père Otto Frank :

« Il me serrait fort contre lui, mon sein gauche touchait sa poitrine, mon cœur battait déjà, mais nous n’en avions pas fini. »
(16 Avril 1944)

« Crois-tu que papa et maman approuveraient que j’embrasse un garçon sur un divan un garçon de dix-sept ans et demi avec une fille de près de quinze ans? À vrai dire, je crois que non, mais dans cette affaire je ne peux m’en remettre qu’à moi-même. »
(17 avril 1944)

« Pourquoi ne nous embrasserions-nous pas, en des temps comme ceux-ci? Pourquoi attendrions-nous d’avoir l’âge convenable? Pourquoi nous poserions-nous beaucoup de questions? (…) Je me sens tellement calme, tellement en sécurité à être là dans ses bras et à rêver, c’est si excitant de sentir sa joue contre la mienne, c’est si merveilleux de savoir que quelqu’un m’attend… »
(17 avril 1944)

« Mais, car il y a un mais, Peter voudra-t-il en rester là? Bien sûr, je n’ai pas oublié sa promesse, mais… c’est un garçon ! »
(17 avril 1944)

« Et revoilà cette question qui ne me lâche plus: «Est-ce que c’est bien?» est-ce bien de céder si vite, d’être si passionnée, aussi passionnée et pleine de désirs que Peter lui-même? Ai-je le droit, moi, une fille, de me laisser aller ainsi? Je ne connais qu’une seule réponse: «J’en ai tant envie… depuis si longtemps, je suis si solitaire et j’ai enfin trouvé une consolation! »
(28 avril 1944)

Peter van Pels, le jeune homme dont s'éprend Anne Frank, en 1941.
Cinéma : Richard Beymer and Millie Perkins sont Anne Frank et Peter van Pels sur le tournage de "The Diary of Anne Frank" (1959)

Les blagues salaces de Anne Frank

En 2018, des chercheurs ont dévoilé deux pages du journal intime d'Anne Frank, recouvertes de papier kraft, qui contenaient des blagues salaces et des réflexions sur la sexualité. Nous les avons traduites en français depuis le néerlandais (Merci Arnaud).

« Savez-vous pourquoi les allemandes de la Wehrmacht sont aux Pays-Bas ? Pour servir de matelas aux soldats ! »

« Un jour, alors qu’un homme rentre tard chez lui, il se rend compte qu’un autre a passé une partie de la soirée au lit avec sa femme. Il commence à fouiller toute la maison et découvre un homme complètement nu dans la garde robe. Lorsqu’il lui demande ce qu’il fait là, il lui répond : « Croyez moi ou pas, mais j’attends le tram ». »

« C’est l’histoire d’un homme qui a une femme très laide et avec qui il ne veut plus avoir de relations. Un soir, il rentre à la maison et voit son ami au lit avec sa femme, alors l’homme dit : « Déjà qu’un autre couche avec toi, je devrais moi aussi ??? ». »

« Quelques mois après qu’un homme et une femme eurent une relation, le ventre de celle-ci commence à prendre des proportions inquiétantes. L’homme appelle alors un docteur qui dit « ce n’est que de l’air, madame, rien que de l’air ! », ce à quoi l’homme répond « êtes-vous en train de me dire que je pompe l’air ??? »

« Tous les hommes 'normaux' vont voir des femmes »

Sur ces pages récemment dévoilées, Anne Frank s'exprime aussi à propos de la sexualité. La jeune fille y raconte ainsi comment elle a pu glaner des informations sur la sexualité auprès de son père, de son amie Jacqueline mais aussi dans les livres. Dans ces quelques lignes, l'adolescente écrit encore qu’une jeune femme commence à être réglée à l’âge de quatorze ans et que cela signifie qu’elle est prête à avoir des relations sexuelles avec un homme. « Mais personne ne fait ça avant d’être marié », ajoute-t-elle.

Concernant la prostitution, Anne Frank implique directement son père :

« Tous les hommes 'normaux' vont voir des femmes, des femmes qui les accostent dans la rue et avec lesquelles ils repartent. À Paris, il y a même des maisons pour cela. Papa s’y est rendu »

« J’imagine parfois que quelqu’un peut venir me voir et me demander de l’informer sur des questions sexuelles »

Les deux pages auto-censurées du journal d'Anne Frank recouvertes du papier kraft. EPA/BAS CZERWINSKI

A la lecture de ces passages auto-censurés, censurés, ou cachés, on découvre Anne Frank sous un autre angle. On perçoit une adolescente avec les mêmes préoccupations que peuvent avoir toutes les jeunes filles de son âge face au corps qui change et aux premiers émois amoureux. Ces passages heurtent les tabous liés à la sexualité adolescente, d'autant plus venant de cette jeune victime de l'horreur, admirée dans le monde entier et dont le souvenir transporte une charge émotionnelle et affective importante. Mais comme l'a si bien dit Ronald Leopold, le directeur de la maison Anne Frank à Amsterdam :

« Pendant des décennies, Anne est devenu un symbole mondial de la Shoah, et Anne ‘la jeune fille’ a été relayée en second plan. Ces textes ramènent au premier plan la curieuse et, à plusieurs égards, précoce adolescente. » Ces découvertes nous « rapprochent encore plus de la jeune fille », a-t-il ajouté. Après avoir recouvert la première inscription, « elle a souligné l'importance d'avoir une éducation sexuelle complète et de qualité, et ne pas comprendre pourquoi les adultes étaient si discrets sur le sujet ».

Les deux pages du journal d'Anne Frank cachées par du papier Kraft et dévoilées par les chercheurs.

Ajouter un Commentaire