tatouage-prostituees-19e-siecle-cover

Tatouages observés sur des prostituées françaises au 19e siècle

Ces reproductions de tatouages observés sur des prostituées à la fin du XIXe siècle sont issues du livre Du chez les prostituées écrit par le docteur Le Blond  et le docteurs Lucas, publié en 1899. Les dessins ont tous été fidèlement reproduis par décalque.

Saint-Lazare : une prison-hôpital, lieu d’observation des prostituées

C’est à l’hôpital-prison Saint-Lazare, à Paris, que les docteurs Leblond et Lucas examinent les « insoumises », ces prostituées non-déclarées qui sont condamnées à des peines de prison, et les prostituées « légales » enfermées sur base « volontaire » (ou plus souvent sur avis médical ou sur décision paternelle …). Même si la est tolérée à l’époque, la syphilis se propage et la police mène la vie dure aux prostituées.
 

« Victimes de la morale déchue »

Dans son ouvrage, le docteur Le Blond décrit ces prostituées tatouées comme étant « victimes de la morale déchue », souvent tatouées sous l’emprise d’un homme lui-même tatoué, ou sous les conseils d’un tatoueur qui leur promet qu’elles se distingueront de la concurrence.
 
Si vous vous demandez ce que signifient les lettres P.L.V que l’on retrouve souvent dans les tatouages exposés, sachez que ce sont les initiales de Pour La Vie (une promesse rarement tenue …).
« La prison de Saint-Lazare – Un arrivage dans la cour de l’Administration », en voitures cellulaires, Jounal L’Illustration du 13 février 1897

Explications de la méthode de tatouage, par une tatoueuse incarcérée.

Lettre envoyée par une tatoueuse incarcérée au docteur Leblond, à la demande de celui-ci, afin de lui expliquer, en ses termes, la méthode de tatouage utilisée à l’époque. Vous constaterez qu’à aucun moment il n’est question de stériliser du matériel utilisé … ce qui explique les nombreux cas de septicémie et de gangrène liés à cette pratique à cette époque. Les autorités essayeront d’entraver cette pratique en la faisant tomber sous le coup de la loi sur les « mutilations volontaires » … sans grand succès.

Monsieur,

Je vous envoyet la description du tatouyâge que vous m’avez demandé

il faut d’abord de l’encre de Chinie et du vif incarnat vous delayé l’encre avec de l’eau ensuite le rouge à part. Vous prenez la partie que vous voulez tatoûyé puis vous prenez trois éguill fini ordinaire puis vous les attacher ensuite vous decinée le dessin que vous voulez faire vous piqué d’abord une partie du dessin 2 ou 3 fois vous prenez un petit chiffons inpibé d’eau clair et épongé la partie que vous avez déjà piqué de manière a voir votre œuvre réussi. Maintenant sa dépent la force du sang de la personne as en as le bras enflé ou la partie que vous tatouyé sela dure une huitaine de jour

je vous envoyt mes sincères salutations

Augustine La……….

Monsieur en cas qu’il y ait quelquechose que vous ne compreniez pas je suis entièrement a votre disposition

Ajouter un Commentaire