i-modi-les-position-romano-raimondi-cover

I Modi (1524) : le premier livre porno imprimé de l’histoire occidentale

  (Les Moyens) de l’italien Marcantonio Raimondi , est le premier livre érotique illustré de l’histoire occidentale. Imprimé au début du XVIe siècle, le volume est également connu sous le titre latin De omnibus Veneris Schematibus  ou encore sous le nom de Le sedici posizioni (Les seize positions ou Les seize plaisirs)  , précisément parce qu’il comprend seize gravures de Giulio Romano illustrant une série de positions érotiques.

Un cercle libertin chez le banquier du Vatican

Marcantonio Raimondi était un proche collaborateur du célèbre peintre Raphaël, lui même décédé après une folle nuit de débauche en 1520. A la mort de Raphaël, c’est Giulio Romano, son assistant, qui hérita de l’entreprise et de l’équipe du peintre. Romano dessina les seize gravures,  transformant l’ sensuel de la en une crue et explicite, puis les fit imprimer par Raimondi en 1524. Très vite I Modi dépassa les murs de la Villa d’Agostino Chigi, ce banquier du Vatican chez qui se réunissaient ces libertins de la du début du XVIè siècle.

Seules deux des gravures originales de Romano pour I Modi survivent aujourd’hui, l’une conservée à la Bibliothèque nationale de , l’autre à l’Albertina de Vienne, tandis que certains fragments peuvent également être trouvés au British Museum: rien à faire, cependant, pour les autres dessins originaux de Romano, irrémédiablement perdus.

Jeté en prison

Inutile de dire que, pour son travail, publié en 1524 et jugé pornographique, Marcantonio Raimondi eut bien des ennuis, notamment avec le pape Clément VII, qui le fit même arrêter, ordonnant que les livres soient brûlés. Tandis que Giuilio Romano s’était réfugié en sécurité comme artiste de cour à Mantoue.

Le célèbre poète Pietro Aretino (Pierre l’Arétin), qui fréquentait aussi le cercle libertin de la Villa de Chigi, demanda au Pape de libérer Raimondi et composa les Sonnets luxurieux en 1526, des pièces très crues inspirées par l’œuvre de Raimondi et accompagnant les seize gravures pornographiques.

En 1527 I Modi fut réédité avec les poèmes d’Aretino. L’ouvrage connu un grand succès dans toute l’Europe, ouvrant la voie à une fusion de l’art érotique et de l’imprimerie alors récemment inventée. Les magazines pornos étaient nés.

Gravures originales de I Modi conservées

La première au British Museum à Londres, la seconde à l’Albertina Museum de Vienne

Ajouter un Commentaire